Des financements internationaux viennent stimuler le développement routier en Côte d’Ivoire

La quasi-totalité du commerce intérieur ivoirien s’effectuant par la route, l’Etat s’est fixé comme priorité la rénovation de plusieurs axes clés, et de nombreux projets ont démarré récemment ou ont obtenu les financements nécessaires à leur réalisation.
Mi-décembre, la Banque Africaine de Développement (BAD) a approuvé un prêt de 237,5 millions d’euros à la Côte d’Ivoire destiné à des travaux d’aménagement routier à Abidjan – la capitale économique du pays- et notamment à la construction d’un quatrième pont dans la ville.
La BAD devrait débloquer une deuxième tranche de crédit d’un montant de 329,47 millions d’euros courant 2017, ce qui portera l’enveloppe globale à 567 millions d’euros. Parmi les travaux d’aménagement prévus, on peut citer la construction de six échangeurs, 87,9 km de voies urbaines rapides et la réhabilitation des feux tricolores de 89 carrefours.
En outre, un nouveau pont d’1,4 km de long enjambera un bras de la lagune Ebrié pour relier la commune très peuplée de Youpougon, à l’ouest, au quartier central d’Adjamé, situé au nord de la commune du Plateau.
« Le pont et les voies d’accès qui lui sont associées faciliteront les déplacements quotidiens de centaines de milliers d’Abidjanais et participeront à désengorger les voies existantes, » a déclaré dans la presse ivoirienne Jean-Noël Ilboudo, ingénieur des transports chargé de la coordination du projet au sein de la BAD, suite à l’annonce de la première tranche du prêt.
Les travaux du projet devraient démarrer d’ici le dernier trimestre de cette année, pour une date de livraison prévue en 2020. Les négociations portant sur la construction du pont n’ont toutefois pas encore abouti en raison de la nécessité de déplacer certains habitants.

Nouvel échangeur

Un nouvel échangeur au carrefour Solibra à Treichville – une des dix communes dont se compose Abidjan- fait également partie des projets prévus pour la ville. Les travaux, dont le coût total de 27,7 milliards de francs CFA (42,2 millions d’euros) sera financé à 90% par l’Etat japonais, devraient s’achever d’ici la fin 2019.
Une fois terminé, l’échangeur devrait permettre de fluidifier la circulation et de réduire les temps de trajet dans la commune de 20%, l’intersection actuelle entre les zones nord et sud de Treichville enregistrant à l’heure actuelle un trafic journalier moyen de 130 000 véhicules.
A également lieu à Treichville la rénovation du pont Félix Houphouët Boigny qui relie le quartier à la commune du Plateau dans le centre d’Abidjan. Les travaux ont été approuvés en 2015 et devraient prolonger la durée de vie de l’ouvrage de 100 ans.
Ces derniers n’ont pas encore démarré mais ils devraient s’effectuer en parallèle de la construction de l’échangeur du carrefour Solibra, ce qui laisse craindre une augmentation des embouteillages dans la commune pendant la période des travaux.
Tous ces projets s’inscrivent dans le cadre d’une stratégie globale du gouvernement qui vise à moderniser le réseau routier vieillissant du pays grâce au Programme de Développement Routier (PDR) 2016-2025, doté d’une enveloppe de 3700 milliards de francs CFA (5,64 milliards d’euros). A l’heure actuelle, plus de 99% du transport de marchandises à l’intérieur du territoire ivoirien s’effectue par la route, d’où le caractère crucial pour l’économie du pays d’un réseau routier efficace.

Liaisons interurbaines

Outre une amélioration des corridors de transport urbain, le PDR prévoit également de renforcer les liaisons interurbaines.
Le programme s’attache tout particulièrement à la réhabilitation de 3916 km de routes interurbaines bitumées, pour un coût de 1 240 milliards de francs CFA (1,9 milliard d’euros) ainsi qu’au revêtement d’autres voies afin de moderniser le réseau routier national, dont la vétusté est imputable aux investissements insuffisants du début des années 2000.
Les travaux de deux routes ont démarré en février, avec pour objectif de meilleures liaisons avec la ville de Divo, située à 185 km au nord-ouest d’Abidjan. Le premier projet porte sur la réhabilitation d’un tronçon de 167 km de la route nationale A2, qui relie les villes de Gagnoa et de N’Douci en passant par Divo.
Le deuxième prévoit la construction d’une nouvelle route de 76 km entre Divo et la Côtière au sud. Avec une date de livraison prévue pour 2020, le projet, qui a nécessité un investissement de 105 milliards de francs CFA (160 millions d’euros), devrait fluidifier le transport des passagers et des marchandises entre Divo et les plantations industrielles de Bobéadougou, Borékro, Guitry, Yocoboué et Grand-Lahou.
La rénovation d’un tronçon de 37 km de l’autoroute 2×2 voies entre Yamoussoukro et Tiébissou est également au programme. Le projet, dont le coût se monte à 92,6 milliards de francs CFA (141,1 millions d’euros) est cofinancé par la Banque Islamique de Développement, à hauteur de 68 milliards de francs CFA (103,6 millions d’euros), et par l’Etat ivoirien. Les travaux ont débuté à la fin du mois dernier et devraient s’achever dans deux ans.

Renforcer les fondations

Les projets en cours et l’ampleur des financements internationaux montrent bien le besoin impérieux d’améliorer et d’étendre les réseaux de transport dans un pays, qui, d’après le FMI, affichait un taux de croissance estimé à 8% en 2016 et où la hausse du taux d’urbanisation pèse sur les réseaux existants.
Si le gouvernement a affecté un budget de 1230 milliards de francs CFA (1,88 milliard d’euros) aux aménagements routiers entre 2011 et 2015, la plupart des axes routiers du pays nécessitait encore des rénovations voire une reconstruction à la fin de cette période. Les bailleurs de fonds internationaux sont intervenus afin de combler en partie le déficit d’investissement, s’engageant en 2016 à apporter 15,4 milliards de dollars de contribution à la stratégie globale pour la Côte d’Ivoire baptisée Programme de Développement National 2016-2020.
Toutefois, en juin 2015, seuls 8% des 82 000 km de routes interurbaines du pays, soit 6700 km, étaient bitumés. A titre de comparaison, à cette même date les routes interurbaines étaient entièrement revêtues pour 13% d’entre elles au Ghana et 15% au Nigéria. En outre, selon des chiffres officiels, 75% des routes bitumées de Côte d’Ivoire avaient dépassé leur espérance de vie, celle-ci étant estimée à 15 ans.
“L’année 2016 a connu un ralentissement en matière de construction et de réhabilitation de nos infrastructures. Cependant, nous nous attendons cette année à voir émerger de nouveaux projets comme la rehabilitation des axes N’Douci-Divo-Gagnoa, Bouaké-Ferké, Yamoussoukro-Bouaflé-Daloa, la construction du quatrième pont à Abidjan, ainsi que d’autres projets,” declare le directeur général du BNETD, Kinapara Coulibaly, à OBG.

Site OBG

No Comments Yet

Comments are closed

CONTACT

Boulevard de Vridi
(+225) 21 75 16 10 / (+225) 21 75 07 87
(+225) 21 75 16 06 
info@cotedivoire-economie.com

SUIVEZ NOUS MAINTENANT
  

Abonnez-vous à notre bulletin

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter pour recevoir par mail les dernières actualités

S’abonner