Evénement: la Chamci sollicite l’expertise des experts-comptables

« La certification des états financiers s’inscrit dans un cadre global au niveau de la Direction générale. Nous allons vers une normalisation. La Dgi est en train de négocier avec l’Ordre des experts comptables, pour faire baisser le coût de leurs honoraires ». Ces Propos sont de Ouattara Sié Abou, Directeur général des impôts qui était l’invité du Club des hommes d’affaires musulmans en Côte d’Ivoire (Chamci), à travers son organe d’échanges interactifs du monde des hommes d’affaires, dénommé le « Chamci Business School ».

Au menu de cette rencontre, l’annexe fiscale 2018 qui a fait l’objet de polémique et de vives critiques, après son adoption en conseil de ministres en décembre 2017 avant d’être suspendue et révisée en accord avec les acteurs du secteur privé, sur ordre du Chef de l’Etat ivoirien. C’est pour mieux expliquer les dispositions de cette annexe fiscale aux acteurs du secteur privé dont ceux du Chamci. « Le Chamci, pour mener à bien sa mission essentielle, celle du business au service de la foi et du développement, s’est doté d’organes opérationnels dont le Chamci Business School. C’est donc pour donner des réponses concrètes et fiables sur les différentes interrogations que suscite l’annexe fiscale 2018 que nous avons a choisi le directeur général Sié Abou », a déclaré le président du Chamci Mamadou Doumbia.

Cette rencontre a notamment permis de relever les points de réserves et d’innovation de l’annexe fiscale 2018. Durant 2h d’horloge, le Directeur général des impôts( Dgi) s’est prêté aux questions de l’assistance en donnant des réponses cadrées qui recevaient l’approbation générale. Dans son propos liminaire, le patron des impôts a tenu à rappeler « qu’aucune administration sérieuse ne peut favoriser le développement de la fraude qui est la mort du secteur formel. Aucune disposition de l’annexe fiscale 2018 ne favorise le développement du secteur informel » Contrairement à ce que certaines personnes se plaisaient à dire de l’annexe fiscale. « Notre mission est de mettre l’équité et la justice dans les impôts. Les nouvelles mesures de l’annexe fiscale 2018 vont formaliser et fiscaliser le secteur informel. Il y a tellement de bonnes choses dans cette annexe fiscale qui apportent des changements majeurs » a soutenu M. Abou Sie qui a invité la population et les entreprises à voir les efforts consentis par l’Etat. Pour le patron des impôts, l’élargissement de l’assiette fiscale n’est pas seulement du fait de la Direction Générale des Impôts : « Nous devons faire bouger le taux d’allégement fiscal en élargissant l’assiette fiscale. Cet élargissement ne peut se faire que par le civisme fiscal, en déclarant ses revenus et en payant ses impôts. On ne pourra pas arriver à l’émergence si c’est un groupe d’entreprises qui paye ses impôts. Il faut sortir de l’informel et ne pas attendre que les agents des impôts viennent vous surprendre » a-t-il dit avant de répondre aux préoccupations de certains contribuables qui n’ont pas manqué de se plaindre de la durée de la délivrance des attestations de régularité fiscale. « Une attestation de régularité fiscale se délivrent en 48 heures et non 7 jours. Si ce n’est pas signé, l’agent des impôts doit justifier » a indiqué le patron des impôts.

Rendez-vous d’échanges interactifs, le département Chamci Business School, dirigé par Bintou Kamara organise des rencontres, dans le style After-work, sur des sujets, plutôt économiques, qui permettent d’éclaircir la lanterne des acteurs du secteur privé en général et des membres du Chamci en particulier.

Stéphane d’Avignon

No Comments Yet

Comments are closed

CONTACT

Boulevard de Vridi
(+225) 21 75 16 10 / (+225) 21 75 07 87
(+225) 21 75 16 06 
info@cotedivoire-economie.com

SUIVEZ NOUS MAINTENANT
  

Abonnez-vous à notre bulletin

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter pour recevoir par mail les dernières actualités

S’abonner