Lutte contre la déforestation: une formation de haut niveau sur la télédétection

Du 23 au 27 avril, s’est tenu un séminaire de formation sur la télédétection et les systèmes d’information géographique au Centre d`information géographique et du numérique du Bureau national technique et de développement (Cign-Bnetd).

« Les tendances actuelles démontrent que près de 80% du couvert forestier ivoirien a été détruit. Nous sommes présentement autour de 8% et l’objectif est d’attendre les 20% recommandés au niveau international. En Côte d’Ivoire, nous pouvons y arriver et aller même au-delà d’ici à 2030 », a d’emblée indiqué, le Lieutenant-Colonel Ernest Ahoulou Kouamé, le secrétaire exécutif permanent de la Redd+. Et d’ajouter que Redd+ est « le mécanisme international de Réduction des émissions de gaz à effet de serre issue de la déforestation et de la dégradation des forêts (Redd+) dans lequel la Côte d’Ivoire s’est engagée depuis 2011, afin de lutter contre la déforestation et contribuer à la restauration de son couvert forestier ».
C’est dans ce contexte qu’une quarantaine de cadre de l’administration publique et universitaires ont pris part à un important atelier de formation sur les techniques de télédétection, quatre jours durant, dans les locaux du Centre d`information géographique et du numérique à Cocody-Ambassade. Le but est de « faciliter l’appropriation des outils développés dans le cadre du mécanisme Redd+ à travers le projet Surveillance spatiale des terres », a-t-il expliqué.
Selon Dr You Lucette Akpa, l’une des spécialistes de Bioglobe consulting, le cabinet commis pour cette formation « la télédétection permet de voir l’occupation spatiale des terres et quantifier les espaces déjà détruites, les terres agricoles existantes, les reliques de forêts, etc.
Elle a l’avantage d’aider à travailler sur de grandes superficies et à moindres coûts, et de recueillir beaucoup d’informations dans les domaines végétaux, animaliers, ressources en eau, etc. ». Ce qu’elle et ses pairs ont essayé d’implémenter. Les participants ont, les deux premiers jours, eus droit à une formation théorique et des travaux pratiques en salle. La formation leur a alors permis de s’approprier les notions relatives aux principes de base de la télédétection, les techniques d’acquisition et prétraitement d’images, l’amélioration d’image et extraction des types d’occupation du sol, etc. Le troisième jour, ils ont collecté des données sur le terrain sur un site pilote.
Et les séminaristes sont revenus, en salle, les deux derniers jours pour faire la synthèse des données recueillies, classifier les images et produire les cartes d’occupation du sol, valider les cartes produites, pour arriver à la rédaction cartographique.
Cette formation, faut-il, le souligner à bénéficier de l’appui institutionnel du ministre de la Salubrité, de l’environnement et du développement durable. Lequel ministère a été représenté par Parfait Kouadio Kouakou, le Conseiller technique qui a indiqué que cette formation s’inscrit dans le cadre global « du projet ‘’Surveillance spatiale des terres’’, financé par le Contrat de désendettement et de développement (C2d) signé entre la Côte d’Ivoire et la France, à travers le programme de Conservation des ressources naturelles de Côte d’Ivoire (Corena) ».

J-J AMOND

No Comments Yet

Comments are closed

CONTACT

Boulevard de Vridi
(+225) 21 75 16 10 / (+225) 21 75 07 87
(+225) 21 75 16 06 
info@cotedivoire-economie.com

SUIVEZ NOUS MAINTENANT
  

Abonnez-vous à notre bulletin

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter pour recevoir par mail les dernières actualités

S’abonner