Conférence africaine de l’huile de palme 2018: Abidjan accueillera le premier rendez-vous

Du 28 novembre au 1er décembre prochain, se tiendra la première édition de la Conférence africaine de l’huile de palme (CAHP) 2018. C’est la capitale économique ivoirienne qui a été retenue pour l’abriter cette initiative du Réseau africain de l’huile de palme (RAHP) en partenariat avec l’Association interprofessionnelle de la filière palmier à huile (AIPH) et le cabinet Axes marketing.  Le thème retenu est « L’huile de palme durable en Afrique ».

Lors du lancement officiel de l’événement, le 11 mai à l’hôtel Azalaï, le président du RAHP, Christophe Koreki a situé les grands enjeux des assises d’Abidjan. Cette rencontre permettra de « réunir sur une même plateforme tous les acteurs et partenaires de la filière huile de palme pour échanger  sur les défis de la durabilité ; sensibiliser les populations sur les vertus et avantage de la production durable de l’huile palme ; offrir une vitrine aux projets innovants en faveur de la durabilité de la filière huile de palme ; etc. ». En effet, tous les acteurs de la chaine de valeur du palmier à huile y sont conviés. Il s’agit, entre autres, des représentants de tous les segments, de la production des régimes à la commercialisation de l’huile de palme raffinée et de ses sous-produits, en passant par les différents stades de la transformation. Cette conférence, faut-il le préciser, sera aussi l’occasion de « montrer la force de la filière huile de palme à travers sa dynamique dans le développement économique de l’Afrique et présenter les opportunités d’investissements en établissant des contacts d’affaires », a ajouté Christophe Koreki.

Des défis à relever

Le secrétaire exécutif de l’AIPH, Abdoulaye Berté, lui, a relevé les défis qui attendent les acteurs de cette importante filière pour l’économie ivoirienne. Il s’agit du respect de l’environnement (l’initiative zéro déforestation) ; le respect de la rémunération (60% du prix Caf versé aux producteurs) ; et surtout l’amélioration de la productivité des planteurs villageois (entre 6 et 7 tonnes à l’hectare) contre 20 à 25 tonnes pour les plantations industrielles ; etc. Et ces points seront l’objet de discussions lors des conférences et ateliers thématiques. « La Côte d’Ivoire est le  deuxième producteur africain d’huile de palme  avec environ 40 000 planteurs qui exploitent 175 000 hectares et ne produisent qu’un million de tonnes de régimes de palme », a-t-il indiqué. Ces acteurs sont aussi invités au rendez-vous d’Abidjan de même que les Ong internationales qui, selon Abdoulaye Berté, sont « les premiers alliés ».

A la CAPH 2018, « environ 5 000 visiteurs et plus 100 exposants sont attendus sur les quatre jours », a indiqué Ismaël Boga N’Guessan, le directeur général de Axes marketing. Avant préciser que cette importante conférence est placée sous parrainage de Mamadou Sangafowa Coulibaly, le ministre ivoirien de l’Agriculture et du Développement rural.

JJ AMOND

No Comments Yet

Comments are closed

CONTACT

Boulevard de Vridi
(+225) 21 75 16 10 / (+225) 21 75 07 87
(+225) 21 75 16 06 
info@cotedivoire-economie.com

SUIVEZ NOUS MAINTENANT
  

Abonnez-vous à notre bulletin

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter pour recevoir par mail les dernières actualités

S’abonner